VALIDER A BIEN MEILLEUR GOÛT!

 

Qui n’a pas entendu les expressions suivantes : «  je lui avais dit clairement ce que je voulais… j’étais certain que mon message avait été bien compris… » ou encore : « pourquoi a-t-il pensé cela de moi…ce n’est pourtant pas ce que je voulais qu’il comprenne… ». On envoie un message, qu’il soit écrit, oral, texté ou autre…en étant certain qu’il sera bien compris par le destinataire pour se rendre compte, parfois trop tardivement, qu’il n’a pas été compris tel qu’on le voulait. Pressé par le temps, confiant de bien choisir ses mots, préoccupé par autre chose, etc. : voilà tous les éléments qui prédisposent à un réflexe humain bien naturel en matière de communication : celui de présumer d’avoir bien réussi celle-ci!

J’avouerai d’entrée de jeu, qu’il n’est pas « spontané »  pour de nombreux gestionnaires bien occupés de prendre le temps de valider les messages qu’ils ont envoyé à leurs employés afin de s’assurer que ceux-ci ont été bien compris. Mais oh combien de temps sera perdu si cette précaution n’est pas prise et que le message a été mal saisi!

Une validation habile portera non seulement sur la compréhension des actions attendues par la communication d’une directive ou d’une demande mais elle comprendra également la validation de l’impact psychologique ou socio-émotif du message. C’est une chose de s’assurer qu’un employé a bien compris les tâches qu’il doit accomplir et les conséquences de ne pas les réussir. C’en est une autre, toute aussi importante, de sonder l’impact du message sur la personne. Est-elle déçue? En colère? Confuse?  Flattée? Ennuyée? Désolée? Perplexe? Effrayée? Humiliée?…. Voilà  toute une panoplie d’émotions ou de réactions qui peuvent affecter l’engagement de l’employé à la suite d’un message dont l’intention était sans doute simple et claire dans l’esprit de son initiateur!

 

 

 

 

Prochain article Article précédent